lundi 21 juin 2010

Vlad III Dracul, Dragon ou Diable ?

La Valachie est l’une des trois principautés fondatrices de la Roumanie. Fondée par la famille des Basarabi, elle est gouvernée par le prince Vlad II de 1436 à 1442 et de 1443 à 1447. Sa position géographique est précaire; coincée entre la Hongrie et l’Empire ottoman qui ont les mêmes visées territoriales, les allégeances de ses princes et boyards permutent au gré des succès militaires et opportunités politiques.

Le nom Dracul surgit avec l’admission de Vlad II dans l’Ordre du Dragon. Fondé en 1408 par l’empereur romain germanique, son dessein est de préserver l’Europe chrétienne des invasions ottomanes. Vlad II ajoute le surnom Dracul à sa signature et intègre le dragon à son blason. Le terme diable fait son entrée; l’homonymie roumaine de Dracul est dragon ou diable.

Le troisième fils de Vlad II Dracul est marqué par les violences des guerres turco-hongroises. Né vers 1431, il vivra en otage chez les Ottomans (1442 -1448) afin d’assurer la loyauté de son père. Peine perdue, il sera assassiné en 1447 par les Ottomans alliés à la Transylvanie et avec la complicité des boyards de Valachie.

Vlad III Dracul, dit l’Empaleur, a un règne interrompu; 1448, 1456 à 1462 et 1476. Pour contrôler ses terres et contrer les intrigues, il s’appuie sur les petites gens et adopte une politique de terreur : impressionner ses ennemis et paraître redoutable. Sur ses terres, aucune corruption, aucune déloyauté ne sont tolérées. En 1459, des familles de boyards sont réunies à la cour pour célébrer la Pâque; les plus âgés sont empalés (supplice ottoman), les autres doivent parcourir une centaine de kilomètres à pied afin d’aller construire une citadelle. Pour remplacer l’élite décimée, Vlad III établit une nouvelle noblesse d’arme parmi ses fidèles paysans.

Même diplomatie avec les Ottomans; un émissaire du sultan Mehmet II refuse de retirer son turban en sa présence; il est renvoyé sultan, mort, le turban cloué sur la tête. Déclaration diplomatique : personne ne manquera de respect au prince voïvode. Les prisonniers de guerre turcs subissent le même supplice que les boyards : l’empalement.


Tous les éléments pour faire de Vlad III Basarab un monstre sanguinaire, allié probable de Satan, sont présents : surnommé Diable, cruauté envers les nobles et empalements. Les chroniqueurs occidentaux du XVe siècle semblent avoir noirci son portrait pour servir les politiques de ses ennemis : la Hongrie, les boyards et les marchands saxons privés de leurs prérogatives. Vlad III trouve la mort aux mains des Turcs en 1476. Il sera décapité, sa tête promenée dans l’Empire ottoman pour célébrer la mort de l’empaleur voïvode.

La création d’une légende aura lieu 400 ans plus tard. Un Irlandais nommé Bram Stoker donnera naissance sur papier, à partir du personnage historique, à l’illustre vampire buveur de sang, le comte Dracula.

Réf.: POZZUOLI, La bible de Dracula, Dictionnaire du vampire, Le pré aux clercs, 2010, et VILLENEUVE, Dictionnaire du diable, Omnibus, 1998.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire